i don't believe everything i hear, so many fools who live in fear
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Face au lac ▬ libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Delilah J. Bennett
Poufsouffle,
Rêverie à l'état pur.

avatar

MESSAGES : 44
INSCRIPTION : 20/01/2013

ÂGE RPG : 16 ans
ANNÉE : 6ème

STAR : Nina Dobrev
PUF : Ewi
COPYRIGHT : Ladyfame // red lips


MessageSujet: Face au lac ▬ libre   Mer 23 Jan - 1:11



La Poufsouffle était immobile depuis plusieurs minutes, elle écoutait les souffles de ces voisines de chambre, ainsi que quelques ronflements provenant certainement d'une chambre voisine. Décidément, Delilah ne réussissait pas à dormir ces derniers temps. Aujourd'hui heureusement sa stupide chouette n'y était pour rien. Depuis deux semaines, les doux rêves paisibles (ou non) de Lilas étaient perturbés par les bruissements d'ailes de Nyx, sa chouette, qui avait pris l'habitude de venir s'installer dormir sur sa tête de lit. Depuis la jaune et noire la maudissait encore plus qu'avant, rêvant même de la transformer en brochette. Levant les yeux, elle remarqua les premières lueurs du jour en ce dimanche matin. Se tournant une nouvelle fois dans son petit lit en baldaquin, la brunette comprit qu'elle ne trouverait pas le sommeil, elle était bien trop réveillée désormais. Sortant de son lit, le contact de ses pieds nus et du sol froid, la fît frissonner. Elle se trouvait face à un dilemme : rester dans son lit, jusqu'à ce que le sommeil l'emporte enfin ou bien bouger, se changer les idées, pour ensuite mieux retrouver son lit ? La décision fût rapidement prise, pas question d'attendre gentiment, les bras croisés, ce n'était pas vraiment le genre de la jeune fille. Se faufilant rapidement et aussi silencieusement que possible Delilah s'habilla en vitesse, puis sur la pointe des pieds, elle s'avança en direction de la porte de la chambre, celle-ci émit, un petit grincement dès que la blonde l'ouvrit. Instantanément, Lilas se stoppa, tous ces sens en alerte et l'oreille tendue. Lançant un dernier regard vers ses camarades de chambre pour s'assurait qu'aucunes d'entre elles ne s'étaient réveillée, Delilah quitta la pièce.
Normalement la brunette se serait un peu moquée de réveiller une ou deux de ses camarades, mais voilà qui dit "réveillés" dit "discussions" et la jeune fille n'avait nullement l'envie de bavarder avec celles qu'elle côtoyait tous les jours.

Longeant les murs sans vraiment savoir où elle allait, elle s'arrêta quelques instants. Errer dans le château sans but précis était un bon moyen de se changer les idées. S'approchant d'une fenêtre elle remarqua que le jour commençait à se lever et de superbes rayons de soleil transperçaient le paysage magnifique du parc. Une belle journée s'annonçait. Instinctivement, elle poursuivit sa route d'un pas plus rapide, croisant dans le château quelques fantômes. Dix minutes plus tard, le froid matinale heurta son pâle visage et ses chaussures dans l'herbe encore humide du parc, laisser tomber gracieusement les fines perles de rosée. Marchant pendant plusieurs minutes, Delilah vu du château ne devait être qu'une fine ombre longeant les arbres, mais le soleil qui se levait sur le lac rendait le paysage encore plus magnifique, elle était littéralement attirée par toute cette beauté. Elle s'arrêta finalement aux bords du lac, puis en s'enveloppant un peu plus dans sa petite veste, elle s'installa dans l'herbe face au lac, les chevilles pendants dans le lac.
Voilà pourquoi elle adorait Poudlard, c'était si calme, si paisible. Elle n'entendait que le murmure des feuilles des arbres et le chant des oiseaux. Le temps semblait s'être arrêté, elle était désormais bien loin du brouhaha des élèves et de leur futilité. A cet instant précis Lilas se sentaient juste apaisée.

« ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ »


« Ses idées ressemblent à des carreaux de vitres, entassées
dans un panier de vitrier, claires une à une, et obscures toutes
ensemble.» - Jules Renard


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivy O' More
Poufsouffle,
Rêverie à l'état pur.

avatar

MESSAGES : 21
INSCRIPTION : 29/12/2012

ÂGE RPG : 15
ANNÉE : 5ème année

STAR : Hayley Williams
PUF : Larme
COPYRIGHT : Stella


MessageSujet: Re: Face au lac ▬ libre   Mer 23 Jan - 5:20

    -Ouch! Humph!

    Encore une énième chute en bas de son lit. C'était tellement fréquent que dans le reste du dortoir, on entendit même pas un grognement ou un ne serait-ce qu'un soupir. Elles étaient habituées quoi... Celle qui avait chutée? Ivy, évidemment. La rouquine. Et comme d'habitude, cette chute était dût à sa foutue manie de tourner, tourner, tourner et re-tourner dans son lit, s'emmêlant dans les couvertures, se retrouvant la jambe gauche à l'extérieur des draps, mais la droite à l'intérieur, un bras sous les couvertures, l'autre sur la couverture, parfois en arrivant même à s'étouffer (ça le ferait pas comme épitaphe, morte étouffée par couette). Cette fois, en bougeant, elle avait réussi à s'approcher du bord de son lit et avait finalement dépassé l'extrémité du meuble, car elle avait retrouvé conscience lorsqu'elle toucha le plancher, qui évidemment n'était pas des plus chaud ou mou. Le contraire serait trop beau...

    Et pour couronner le tout, ce n'est pas tout de tomber, se réveiller et se cogner le front contre le plancher de pierre. Il faut aussi se relever pour gagner de nouveau le matelas. Vous l'avez deviné, ce n'est pas une mission facile. Et encore moins quand on vient tout juste de se réveiller, même si le choc était brutal. La scène vaut malgré tout le coup d'oeil... Imaginez une jeune fille de quinze ans, à l'épaisse chevelure rousse, généralement souriante, mais qui présentement voyait son joli visage expressif se vêtir d'une grimace de colère et de douleur peu agréable à voir, emmitouflée jusqu'au cou dans une couette jaune et noir, prisonnière des tissus et draps. Rajoutez à ce tableau les mouvements désordonnés de la dite jeune fille et vous obtenez en fait une larve se débattant férocement, mais en silence.

    Elle mit au moins un bon cinq minutes à se dépêtrer de sa prison de tissus et à finalement réussir à retrouver son lit douillet. Sauf qu'après une telle aventure, elle n'avait plus sommeil. Et surtout, n'avait pas envie de refaire son lit. C'est donc vêtue de son pyjama vert et blanc ainsi que de son peignoir jaune poussin qu'elle sortit du dortoir, après avoir évidemment enfilé ses chaussures et avoir remis les couvertures sur le lit, en tas difforme, sans oublier de ramasser son sac. Ou allait-elle se rendre? Elle n'en avait aucune idée, mais elle trouverait bien. Au pire, elle terminerait dans les cuisines. Quoique présentement, elle n'avait pas faim. Les dernières grignotines qu'elle avait avalées était encore bien présente dans son système digestif...

    Sans trop réfléchir, craignant plutôt de devoir bientôt commencer à songer à tous les travaux qui l'attendaient dans son sac, elle suivie ses pieds. Ceux-ci prirent le plus long chemin possible pour la mener à un endroit qui lui faisait envie. L'extérieur. Dehors. Elle avait toujours été une personne d'extérieur et la nature l'avait toujours attirée. Pas les animaux. De toute façon, les animaux ne l'aimaient pas. Et elle savait parfaitement pourquoi d'ailleurs. Qu'est-ce qu'elle pouvait détester les cours de Soins aux Créatures Magiques...

    C'est en pensant à ce cours qu'elle maudissait presque autant que le cours de Métamorphose -et pourtant, Merlin sait à quel point elle déteste cela- qu'elle se retrouva au bord du lac, son lourd sac de cuir sur l'épaule. D'ailleurs, il commençait sérieusement à lui peser. Sans remarquer la présence de l'autre poufsouffle à ses côtés, elle déposa le sac et s'assit, à quelques mètres de la jeune fille, en tailleur. C'est seulement après quelques minutes qu'elle remarqua la présence humaine. Chaleureuse et sociable, Ivy se retourna pour apercevoir une de ses consoeurs de poufsouffle. Elle ne connaissait pas son nom, mais elle l'avait déjà croisée quelquefois dans la salle commune. Elle devait être plus âgée...

    -Bon matin!

« ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delilah J. Bennett
Poufsouffle,
Rêverie à l'état pur.

avatar

MESSAGES : 44
INSCRIPTION : 20/01/2013

ÂGE RPG : 16 ans
ANNÉE : 6ème

STAR : Nina Dobrev
PUF : Ewi
COPYRIGHT : Ladyfame // red lips


MessageSujet: Re: Face au lac ▬ libre   Dim 3 Fév - 18:00

[HJ : désolé pour l'attente]


Delilah avait froid. La rosée du matin et le léger vent face à elle, la fit frissonner, jusqu'au moment où les premiers rayons du soleil se posèrent sur son visage.

Fermant les yeux, elle n'entendait que les clapotis de l'eau du lac et le chant de quelques oiseaux dans la Forêt Interdite non loin de là.
Involontairement, cette quiétude fît remonter des souvenirs. Lui qui lui souriait, qui lui attrapait la main pour l'emmener elle ne savait où dans le château, aux yeux de tous. Depuis les choses avaient bien changé, serrant dans la poche de sa veste, le fin bracelet en argent, dernier souvenir de cette époque. Quelques mois étaient passés pourtant la douleur et l'incompréhension au fond de son coeur étaient toujours présents, mais aussi la peur. La peur rassurante d'entendre ses murmures sucrés près d'elle le soir et la peur d'ouvrir les yeux et de ne plus le voir. Il ne savait pas à quel point tout son être lui appartenait, il ne s'en rendait pas compte et chaque rencontre ou nuit passée à ses cotés rendait la séparation si douloureuse pour la Poufsouffle, qu'elle préférait fermer les yeux et ne les rouvrir qu'une fois qu'elle était sûre qu'il n'était plus là. Il l'avait plaqué alors pourquoi revenait-il parfois la voir ? Ne l'avait-il pas fait assez souffrir ? Il arrivait, lançait deux trois phrases à son égard et bêtement la jaune et noire retombait dans ses bras... Ainsi elle était devenue un vulgaire jouet, un jouet que l'on jette à sa guise pour mieux l'abîmer par la suite. Où était donc passé le caractère piquant de la jeune fille ? A chaque fois, Lilas regrettait tellement d'avoir bu ses paroles. Il avait le don pour briser en quelques secondes ses barrières protectrices.
Serrant plus fort son bracelet la colère l'envahie, elle détestait se sentir faible et inutile. Elle en arrivait à se détester elle-même, mais jamais elle n'avait eu une once de haine envers celui qui causait tous ses maux... Elle en était incapable. Alors qu'elle se remettait une nouvelle fois en question, un bruissement derrière elle la fît sursauter. Ouvrant les yeux, elle se rendit compte qu'ils étaient légèrement humide, nom d'un Veracrasse elle avait encore laissé ses émotions la submergé, essuyant d'un geste rapide la dernière larme sur la joue (pas question qu'on la voit pleurer, même les filles ont de la fierté), elle se retourna vers la personne. Car oui, elle savait qu'il s'agissait de quelqu'un avant même de se retourner. Dans un parc vide cela ne pouvait être qu'un élève, elle voyait mal l'un de ses professeurs aussi matinal.

« Bon matin »

Ses yeux fixaient le pâle visage de la jeune fille présente, enveloppé dans une marée de cheveux roux, Delilah n'eut aucun mal à la reconnaître. Petite tornade étrange de sa maison, la brune ne la connaissait que trop bien... De vue. Plus jeune qu'elle, mais surtout terriblement spontanée, Lilas ne connaissait que son nom de famille : O'More. La rouquine fait partie de ses individus, quoiqu'ils fassent, vous ne pouvez pas les détester, ils dégagent une positivité qui freine toute haine en vous... Delilah qui s'apprêtait à ne pas répondre et à se contenter d'un regard froid, pleins de sens du type « Tu ne déranges là », restait à la fixer calmement. Au bout de quelques secondes, elle se dit que la jaune allait certainement la prendre pour une allumée et elle finit donc par lâcher, un timide et faible « Bonjour », mais son esprit restait fixé sur la rouquine.

Non, elle avait beau la regarder de haut en bas comme une bête curieuse, sa camarade n'avait rien de particulier. Alors, comment faisait-elle pour dégager autant de choses positives? Elle prenait des pilules magiques ou quoi ? Ces individus intrigueraient toujours la jeune brune. Pourquoi elle n'était pas comme elle ? O'More avait eu une enfance de princesse ou quoi ? Peu probable, nous avons tous des cadavres dans l'armoire, pourtant certaines personnes ne se referment pas sur elles-même. La Poufsouffle face à elle n'était pas le premier « cas » de la sorte que rencontrer Delilah. Non, elle en avait croisé des gens pommés à Sainte-Mangouste et pourtant, quelques semaines plus tard ils étaient méconnaissables.. Heureux, positives, souriants à tout, à croire qu'ils s'étaient pris un coup de massue de troll entre temps !
Il y a des choses qui ne s'expliquent pas... non vraiment. Remarquant qu'elle observait toujours O'More, Delilah finit par détourner le regard vers un écureuil plus loin qui grimpait rapidement au premier arbre venu. Fronçant les sourcils, elle se sentie vaguement gênée par son comportement envers sa camarade.. Encore une qui allait la prendre pour une folle. Tant pis, Lilas n'était pu a ça prêt, O'More n'était pas la première et elle ne serait certainement pas la dernière !

« ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ »


« Ses idées ressemblent à des carreaux de vitres, entassées
dans un panier de vitrier, claires une à une, et obscures toutes
ensemble.» - Jules Renard


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Face au lac ▬ libre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Face au lac ▬ libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le retour face au réel [libre]
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEAR CONTROL ▲ :: Poudlard :: Extérieur :: Parc-