i don't believe everything i hear, so many fools who live in fear
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LIBRE ϟ « de l'art de faire tomber son verre »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sundae E. Ruadhagan
Poufsouffle,
Admin-geek à l'état pur.

avatar


« wich one of these words don't you understand ? oh caught in a mosh !
talking to you,
it's like claping with one hand »

MESSAGES : 116
INSCRIPTION : 15/05/2010

ÂGE RPG : Dix-huit ans.
ANNÉE : Septième année.

STAR : Masha Sedgwick.
PUF : Mocerino.
COPYRIGHT : Avatar © Neon Bitch. Signature trouvée sur le Facebook de Masha.


MessageSujet: LIBRE ϟ « de l'art de faire tomber son verre »   Mar 4 Déc - 20:01


De l'art de faire tomber son verre
LIBRE ϟ


Le chat était roulé en boule sur le lit au milieu du dortoir lorsque Sundae était partie, et elle doutait sincèrement qu’il se soit levé avant son retour, mais lorsqu’elle revint de la salle commune où elle était partie récupérer un livre qu’elle avait accidentellement fait tomber, que dis-je, qu’elle avait déposé là pour expliquer qu’elle n’avait pas fait son travail et qu’elle avait oublié de reprendre, le matou s’était assis au milieu du lit jonché de poils, baillant à pleine mâchoire et la regardant d’un air endormi car comme tous nous le savons, la vie de félidé domestique est si difficile qu’il leur faut dormir sans cesse. Mais oui, et puis quoi encore ? Elle lui jeta un regard vexé et le fit mine de le viser avec le livre, le faisant s’écraser quelques dizaines de centimètres à côté, mais à son grand désespoir le matou ne tiqua pas, trop habitué aux pseudos agressions de sa maîtresse qui, aussi pareuse que flemmarde, tolérait mal qu’il la nargue en baillant lorsqu’elle revenait d’une longue matinée de cours éreintants qui l’avaient tiré du lit à une heure indue. Ne pouvant s’empêcher de lâcher une caresse au chat qui la remercia d’un ronron amical, elle se posa ensuite trente secondes sur son lit, jugea qu’elle avait assez récupéré de sa journée, puis se changea en vitesse, passant un tee-shirt d’Arch Enemy trop grand pour elle et une mini jupe, avant de chausser ses Doc Martens bordeaux qu’elle affectionnait tant ces derniers temps. Cédant une dernière caresse à son matou qui ronronnait à plein volume en malaxant ses bas de ses pattes de chat épanoui, elle se leva en râlant qu’il lui avait détruit le lycra des bas autofixants, mais sans en tenir davantage compte parce qu’après tout, ça lui donnait un joli style grunge et ça lui plaisait. Passant quelques colliers au pif, elle rajouta quelques élastiques colorés à sa ribambelle de bracelets sur chaque bras et, se sentant enfin prête, elle sortit du dortoir et de la salle commune, laissant son humeur choisir d’elle-même de sa couleur de cheveux. Le bonheur d’être métamorphomage. Optant ce matin là pour un rouge tendant vers le rose, elle sortit en adressant un signe de tête au Moine Gras qui flottait dans le couloir, puis gravit les escaliers d’un pas rapide. Passant la main dans sa chevelure, elle traversa le hall d’entrée d’un pas rapide, se demandant comment profiter de son après-midi qu’un prof rendu absent par une convention en France avait libéré. Jetant d’abord un léger regard à la porte qui donnait sur le parc de Poudlard, elle songea un instant à aller s’y promener, puis la chaleur étouffante qui régnait sur l’école la détourna de son envie de piquer un petit somme dehors. Préférant emprunter la porte de sortie, elle fit un salut à Rusard, qui grinça des dents en la voyant quitter l’école mais ne pouvant pas l’engueuler puisqu’elle était majeure, aussi il se contenta de lâcher une pique sur ses vêtements de fille de plaisir, et, pour toute réponse, elle lui fit un sourire moqueur en lui demandant s’il disait ça en espérant qu’elle lui offrirait ses services sans payer. L’entendant hurler dans son dos que Poufsouffle perdait vingt points pour insolence, elle haussa les épaules et continua son chemin.

Elle descendit la longue route vers Pré-au-Lard en se demandant ce qu’elle pouvait bien faire de son après-midi. Une amie de Serdaigle lui avait dit qu’ils avaient beaucoup à travailler pour le lendemain et lui avait proposé de le faire ensemble, soucieuse des notes de Sundae, mais comme à son habitude elle ne comptait pas le faire, jugeant que lorsque les examens arriveraient elle serait tout à fait débrouillarde et s’en sortirait tant bien que mal par ses ressources. Se faisant craquer les doigts, la jeune femme salua un camarade de maison qui remontait d’un pas nonchalant et elle devina qu’il devait se rendre en cours au vu de son peu d’enthousiasme, puisqu’il n’avait aucune option commune avec elle. Elle lui fit un petit sourire qu’il lui rendit, puis elle arriva dans la grande rue commerçante. Comme habituellement, Honeydukes ne désemplissait pas, et elle discerna des troisièmes années, surprise. Apparemment, cette année-là, les emplois du temps étaient plus légers qu’à son époque ! Sur le côté, le chemin menant vers la Cabane Hurlante était toujours aussi désert qu’à l’accoutumée, et elle fut un instant tentée d’y aller, mais sa peur du noir l’empêcha de s’embarquer dans une aventure qu’elle devinait encore tout à fait inutile. Elle s’arrêta au niveau des premiers magasins, à savoir des Trois Balais, réfléchissant à où aller. Elle n’aimait ni les bonbons ni la foule – exceptée celles des concerts car elle partageait ce quelque chose de divin – aussi elle élimina immédiatement la confiserie. Elle était éventuellement tentée par Zonko, mais il lui semblait avoir entendu que le magasin de farces et attrapes était en plein remaniement et donc actuellement fermé, ayant passé un pacte avec Weasley, Farces pour Sorciers Facétieux. Elle n’était pas du genre à renouveler son stock de fournitures scolaires aussi elle ne pensa pas même à Scribenpenne. Ne lui restait plus que différentes magasins de Quidditch, sport qu’elle ne pratiquait pas bien qu’elle soit une fervente supporter des Harpies de Holyhead et fan invétérée de Gwenog Jones, de vêtements ou de matériels magiques … Ou des bars. A sa droite se tenait les Trois Balais, et elle pencha pour ce pub là, n’étant absolument pas tentée par la niaiserie du salon de thé rose dont elle n’avait jamais retenu le nom, ni du bar dégueulasse avec la tête de porc sur son enseigne. Elle poussa donc la porte des Trois Balais, saluant d’un signe de tête une serveuse qu’elle avait connue jadis à Poudlard, avant de s’avancer vers le comptoir pour commander une Bièraubeurre. Une fois celle-ci servie, elle la prit et allait s’asseoir lorsqu’elle rentra de plein fouet dans quelqu’un.
Son verre s’écrasa au sol, elle poussa un juron éclatant et leva les yeux vers la personne avec qui elle était entrée en collision.

« ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hope A. Williams
Serdaigle,
Modo à l'état pur.

avatar

MESSAGES : 105
INSCRIPTION : 26/11/2012

ÂGE RPG : 16 ans
ANNÉE : Sixième Année

STAR : Chyler Leigh
PUF : Tortunette
COPYRIGHT : Aurohook


MessageSujet: Re: LIBRE ϟ « de l'art de faire tomber son verre »   Mar 18 Déc - 13:04

Hope leva les yeux de son devoir de métamorphoses qu’elle comptait travailler et retravailler jusqu’à la perfection lorsqu’elle s’aperçut de l’heure. Merde ! Elle ramassa ses affaires en quatrième vitesse et monta quatre à quatre l’escalier qui la menait à son dortoir. L’aiglonne balança le tout sur son lit et ouvrit son armoire. Une écharpe lui tomba dessus et, d’un geste rageur, l’envoya valser sur son lit. Bon… Que mettre ?! Elle se choisit un jean slim, un haut sympa avec un petit gilet. En chaussures, elle resterait sobre et n’allait pas sortir une de ses chaussures à talons. Des ballerines suffiraient largement. Elle se recoiffa avec sa main et ajusta son maquillage. Parfait ! Elle n’était pas habillée d’une façon provocante ou quoi, juste simple. La jeune fille se détourna du miroir, dévala les escaliers et sortit de la salle commune.

L’aiglonne avait rendez-vous avec un Gryffondor qui l’avait invité à prendre un verre aux Trois-Balais. Elle n’avait juste rien a foutre de ce cher lionceau et ses pensées étaient déjà accaparées par quelqu’un d’autre, il n’empêche qu’elle n’avait pas dit non. Cela lui changerait peut-être un peu les idées et puis elle ne refusait jamais une occasion de faire ce qu’elle adorait. Jouer la gentille fille jusqu’à la grande désillusion. Ahlala, ça, c’était la classe. Briser le petit cœur des charmants garçons qui fondaient tant d’espoirs sur le couple. Namého, c’est mal connaître Hope. Hope ne s’attache pas en amour, jamais.

La sixième année sortit du château d’un pas vif et se mit en route pour Pré-au-Lard. Elle allait être en retard, mais qu’importe, c’était bien aussi de se faire un peu désirer. Bon, dans son cas, c’était tout le temps mais passons. Elle poussa la porte du bar et y rentra, cherchant du regard ce cher Nicolas, qu’elle trouva, assis dans un coin, jetant des regards stressés autour de lui. Pleurs pas petit agneau, je suis là ! Hope s’approcha doucement et le salua pour s’annoncer avant de s’asseoir.

« Je t’ai commandé du thé, j’espère que tu aimes ça… »

Gros sourire hypocrite. Qu’est ce qu’il lui faisait chier déjà… Elle allait vite écourter le rendez-vous.

« C’est parfait. »

Elle détestait le thé… En partie parce que sa mère l’adore mais aussi parce qu’elle trouve le goût infecte. Ca revenait au même que de boire de l’eau chaude, autrement-dit, c’était dégueulasse. Hope aurait préféré une bonne Bièreaubeurre, un truc qui la requinquerait parce que là, ce n’était pas la joie. Ce Nicolas était inintéressant au possible et elle appuya sa tête sur sa main, accoudée à la table. Elle réprimait des soupirs à grand peine.

Au bout d’une vingtaine de minutes, elle se redressa, se rendant compte qu’elle était totalement partie dans ses pensées. Ce mec l’avait ramolli ou quoi ? Il avait glissé des somnifères dans son thé, c’était obligé. En fait, non. Hypothèse écartée, l’aiglonne avait laissé refroidir son thé et n’y avait pas touché. Et elle n’avait même plus envie de s’amuser avec lui. A tous les coups, il s’effondrerait en larmes, la supplierait à genoux, etc. Et elle voulait à tout prix éviter ça. Oui, oui, la modestie, ça la connaît !

« Tu m’excuses ? Je vais me rafraîchir deux minutes. »
« Bien sûr ! »

Hope se leva et se dirigea vers le bar ou elle avait l’intention de se commander une Bièreaubeurre, la siroter tranquillement, la mettre sur l’addition de Nicolas et s’en aller ni vu ni connu. Il était tellement stressé qu’il n’y verrait que du feu. Elle le surveillait du coin de l’œil lorsqu’elle rentra en collision avec quelque chose. Quelqu’un en fait. Un bruit de verre cassé se fit entendre et c’est avec effarement que l’aiglonne vit toute une Bièreaubeurre se vider dans ses chaussures. Elle leva les yeux pour voir qui était le coupable.

« Putain ! Mais merde quoi ! »

Voilà qui était très beau tout ça ! Sundae… Evidemment. Cette fille qui reluquait le prof de métamorphoses. C’était le sien, la chasse était réservée. Et rien que pour cette raison, elle la détestait. Et bah, ça lui ferait deux raisons maintenant.

« Tu peux pas regarder ou tu vas des fois ? Je t’en demande trop peut-être, pour quelqu’un qui ne sait pas regarder plus loin que le bout de son nez ! »

Ami de la mauvaise foi, bonjour ! 8D

« ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sundae E. Ruadhagan
Poufsouffle,
Admin-geek à l'état pur.

avatar


« wich one of these words don't you understand ? oh caught in a mosh !
talking to you,
it's like claping with one hand »

MESSAGES : 116
INSCRIPTION : 15/05/2010

ÂGE RPG : Dix-huit ans.
ANNÉE : Septième année.

STAR : Masha Sedgwick.
PUF : Mocerino.
COPYRIGHT : Avatar © Neon Bitch. Signature trouvée sur le Facebook de Masha.


MessageSujet: Re: LIBRE ϟ « de l'art de faire tomber son verre »   Lun 7 Jan - 23:18

Qu’on renverse la Bièraubeurre qu’elle venait de commander et n’avait pas pu boire était une chose qui lui plaisait déjà moyennement. Que, de prime, la pétasse qui l’avait poussé se permette de l’engueuler en lui piaillant au visage de regarder devant elle avait tendance à pousser plus loin encore son exaspération. Celle-ci atteint finalement son apogée lorsque, relevant la tête, Sundae tomba nez à nez avec cette poufiasse de Williams. Alors ça, non. Sous prétexte qu’elle était chez Serdaigle, la môme de seize ans était bien entendue supérieure à la misérable petite blaireau qu’elle était et qui avait commis l’erreur sans fin de redoubler, c’était ça le raisonnement de la sixième année ? Du haut de ses dix-huit ans bien cognés, Sundae avait fini depuis longtemps de se faire emmerder et jeta un regard froid à l’aiglonne tout en se levant. Mh, alors cette chère et tendre demoiselle avait un problème on dirait, il était temps de lui expliquer que Sundae n’était pas le genre de minette qui se laisse impressionner par les grands airs – plutôt le genre de poufiasse qui cherche volontairement la merde parce qu’elle exècre les grands airs. Craquant doucement ses doigts comment elle en avait le tic, elle ne vit pas dans le miroir du bar ses cheveux virer dangereusement au rouge sombre, symbole que son humeur allait en s’empirant, et se contenta de s’avancer d’un pas vers la donzelle, ses docs martens écrasant le verre brisé de la chope.

« Un problème, Williams, on a du mal à relever les yeux de son nombril ? Ou bien on est trop occupé à se foutre de la gueule d’un mec quelconque ? Me prends pas pour plus conne que je suis jeune fille, ta réputation te précède dans les couloirs, et même sans regarder plus loin que le bout de mon nez, je sais distinguer les pétasses du reste de la masse. »

Plantant d’abord son regard aujourd’hui gris dans celui de la jeune fille, Sundae croisa résolument les bras sur sa poitrine, prête à se lancer dans une joute verbale qui durerait sûrement un bon moment. Elle allait recommencer à attaquer et préparer son laïus intérieurement quand un toussotement derrière elle la fit se retourner. La gérante du bar les dévisageait calmement, visiblement prête à intervenir, et se tenait près d’elle, baguette à la main. Elle se contenta de leur demander de se déplacer le temps qu’elle nettoie et, une fois que Sundae se fut exécutée, elle fit un geste de baguette et le sol fut à nouveau exempt de tout liquide. Reportant son attention sur la jeune fille, la métamorphomage se cala bien dans ses doc, prête à décocher un coup si la grognasse la cherchait encore un peu. Elle détestait ces gamines qui pétaient plus haut que leur cul, sous prétexte qu’un professeur leur faisait de l’œil, et elle détestait encore plus le fait que le prof de métamorphose fasse de l’œil à une gosse de ce genre. Franchement, elle n’avait rien pour elle, avec son sourire de tanche et ses fringues à la petite miss parfaite. L’originalité n’avait jamais tué, mais dire qu’Hope n’avait jamais tué son originalité aurait été une erreur. A côté de cette fille des plus communes, des plus caricaturales même, elle se sentait presque punk tellement elle semblait bouleverser les codes fashion, par comparaison avec Williams. A vrai dire, oui, elles étaient les opposés l’une de l’autre. Hope, image réaliste de la jeune Serdaigle, paraissant bonne enfant, habillée simplement, opposée à Sundae, antithèse du naïf et gentil petit Poufsouffle, qu’on prenait pour plus mauvaise qu’elle était à cause de son look extravagant. La comparaison n’était plus à faire.
Alors comment, au diable, comment, le regard de Joseph pouvait-il s’accrocher à Williams, alors que Sundae avait tout pour qu’il se fixe sur elle ?
Elle possédait de beaux attributs qu’elle savait mettre en valeur, sa capacité de métamorphomage passait en général peu inaperçue, de même que ses vêtements, et son caractère bien trempé la faisait se démarquer de la masse. Tandis qu’Hope … Oh certes, elle savait gueuler ; mais aux yeux de Sundae, elle n’était qu’une de ces copies de bourge qui se rebellent contre toute forme d’autorité pour se faire croire qu’ils existent. Est-ce qu’un seul d’eux savait ce que ça faisait d’être élevée seule par une mère tentant de lui inculquer à corps et à cri ses principes d’hétérophobie ? D’avoir tout mis sur la table de son amour, sa virginité, sa vie même, avant que l’autre ne parte en riant avec une autre, une comme ça d’ailleurs, simple, banale, commune ?
Sundae détestait cette fille, détestait son corps, détestait son visage, détestait tout ce qu’elle était ; parce qu’à ses yeux elle représentait la masse immonde et toxique des autres, cette multitude à exécrer du plus profond de son être, cette foule qui n’avait cessé de la faire souffrir et qui désormais n’était pour elle plus que l’ennemie numéro une.

« ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: LIBRE ϟ « de l'art de faire tomber son verre »   

Revenir en haut Aller en bas
 

LIBRE ϟ « de l'art de faire tomber son verre »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oeufs au lait ou crème caramel.
» Envoyons un hibou [Libre]
» Lapin ? [Libre]
» Une visite d'en le champ (libre)
» Jouer pour passer le temps [Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEAR CONTROL ▲ :: Londres et ses alentours :: Pré-au-Lard :: Aux Trois Balais-