i don't believe everything i hear, so many fools who live in fear
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  « Come on baby » ♦ DELILAH (100%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Delilah J. Bennett
Poufsouffle,
Rêverie à l'état pur.

avatar

MESSAGES : 44
INSCRIPTION : 20/01/2013

ÂGE RPG : 16 ans
ANNÉE : 6ème

STAR : Nina Dobrev
PUF : Ewi
COPYRIGHT : Ladyfame // red lips


MessageSujet: « Come on baby » ♦ DELILAH (100%)   Dim 20 Jan - 1:15

«Delilah Jade Bennett »
Spirit © ▲ feat nina dobrev

CONTRÔLE DES IDENTITÉS ▲
Je m'appelle Delilah Bennett et je suis né(e) le 14 février 1993 à Londres, j'ai donc 16 ans ans. Je suis d'origine Anglaise, je suis SANG-MÊLE et je vis actuellement Cardiff avec mon père, mon frère et ma belle-mère. J'ai les yeux marrons foncés et les cheveux bruns, long et lisses (que je trouve facile à entretenir). Je mesure 1m72 et je suis fine, j'ai une allure presque fragile, mais je suis quand même musclée grâce à mes nombreux footing dans le parc. Mon look, c'est plutôt simple, parfois même BCBG. Je suis hétérosexuelle et je suis tolérante, je soupçonne mon grand-frère d'être gay et je n'attend qu'une chose qu'il me présente l'élu(e) de son coeur. . Je suis athée. Quand je suis nerveux(se), je tendance à fuir les autres et à devenir agressive. J'ai peur de de l'avenir, ne pas savoir ce qu'il me réserve est source d'angoisse parfois. J'aime les Sombrasl, aller savoir pourquoi, je ne peux pas les voir, mais ces créatures m'attirent mais je déteste les licornes, je les trouves trop pures, trop belles, trop PARFAITES en fait. Ma couleur préférée est le bleu et mon animal préféré le suricate, un étrange petit mammifère africain, que je trouve adorable. Je pratique le footing deux fois par semaine dans le parc de Poudlard. J'aime manger de bon gros cheesecakes. Niveau musique, je suis plutôt classique, j'écoute un peu de tout allant de la pop à l'électro en passant par le métal. La musique que j'écoute refllète assez mon humeur du jour avec des artistes comme Nirvana et Madonna . Côté cinéma, j'aime les films comme Tokyo eyes. Je lis principalement des livres traitant sur la medicomagie. Mon objectif dans la vie, c'est de devenir Medicomage. Je me vois comme comme quelqu'un de fagile et je n'aime pas ça du tout, ce qui explique parfois mon sale caractère. Ma plus grande fierté, c'est que je n'ais pas de plus grande fierté et mon plus grand regret, est de ne pas être avec ma mère, de la soutenir et de lui dire que je suis là. A Poudlard, mon endroit favori estle hall car j'y croise toujours une tête famillière. Je suis pas superstitieuse, les chats noirs ne m’effraient pas. Je m'entends assez mal avec ma famille, d'ailleurs j'ai un grand frère, Phéonix
CONTRÔLE DE L'ACTIVITÉ ▲
Je suis en sixième année année. Je suis Poufsouffle où je me suis senti à la fois chez moi, mais aussi très étrangère de certaines personnes. Je passe une Très bonne scolarité, avec des facilités en Sorts et Enchantements, Potions, Botanique et Défense contre les forces du mal (et oui pour devenir Medocimage, il faut savoir s'y connaitre dans ces matières) mais des difficultés en Histoire de la magie. J'ai pris les options Potions, botanique, métamorphose, Soins aux créatures magiques après mes BUSE, où j'ai eut de bons (voir très bons, avec cinq optimals) résultats. Plus tard, je voudrais fair Medicomage.

« For those about to rock »
caractère ▲ contrôle des pensées

perfectionniste ▲ observatrice ▲ exigeante ▲ naturelle ▲ fétarde
Tétue ▲ grande gueule (à ses heures) ▲ froide ▲ méfiante ▲ distante



Je suis sérieuse : Je veux devenir medicomage par dessus tout. Je suis plutôt le genre d'élève assise calmement dans le fond de classe, il est rare que l'on me remarque, mais quand les résultats tombent, on a tendance à me regarder comme une bête curieuse ce que je déteste. Je ne suis pas un génie et je ne suis pas passionné par les études, je me donne juste les moyens de réussir.

Je suis fêtarde :
Quand je suis de bonne humeur, je déborde d'énergie et je n'ai qu'une envie: bouger, sortir, faire la fête jusqu'au bout de la nuit. C'est là qu'on voit le grand contraste en la fille discrète dans le fond de la classe et la folle de soirée. Mais qui a dit qu'être sérieux, empêcher d'être fétard ? Je tendance à agir comme je veux et je ne laisse personne dicter ma conduite. Mets-toi ça dans la tête, si je veux faire la fête : je ferais la fête !

Je suis romantique
: difficile à croire, mais au plus profond de moi je crois au prince charmant. Pourtant mon petit coeur a souffert et désormais je me braque encore plus qu'avant. Je savais que je ne devais pas me dévoiler autant. Mais dans le fond, j''attends celui qui saura recoller les morceaux.

Je suis méchante
: Quand quelque chose ou quelqu'un m'énerve ou m'exaspère, mon petit côté pétasse à tendance à ressortir. Digne d'une Serpentarde, cependant je m'adonne pas à la méchanceté gratuite ! Mais quand j'aime pas quelqu'un il est vrai que tous les coups sont permis de mon côté...

Je suis gentille
: Mes ami(e)s qui ont l'habitude de mon caractère à double tranchant, savent qu'ils peuvent compter sur moi et que je suis quelqu'un de loyal et de fidèle. Je fais tout (quand mon humeur va avec) pour rendre la journée de mes amis pleine de joie et de bonne humeur.

Je suis torturée
: Je n'oublie pas qui je suis et d'où je viens. Ma mère me manque tellement, je la vois souvent, mais je parle de celle de mon enfance. Je souffre de la voir ainsi, cela me rappelle à quel point on ne peux se fier à personne, que les gens sont fourbes. C'est pourquoi je fuis souvent les autres, histoire de me retrouver en paix avec moi-même et observer ceux qui m'entourent. Certaines situations me mettent même mal à l'aise, sans raisons particulières... Alors je me retrouve seul et si l'on vient me chercher je me montre agressive. En fait, je suis sociable mais à petite dose.



« The future never dies »
histoire ▲ contrôle du passé

Je n'ai jamais compris l'utilité de raconter ma vie à un parfait inconnu. Ceci dit, il semblerait que je n'ai pas le choix, alors accroche-toi sur ton balais poussiéreux, je t'emmène dans le livre de mes souvenirs.


Je suis née un 14 février, le jour de la saint des amoureux aussi bien chez les Moldus que chez les Sorciers. A l'époque mon père Alistair, jeune entrepreneur d'une entreprise fabriquant des produits pour balais magiques, avait trouvé qu'Elizabeth, ma mère, secrétaire, sorcière fille de Moldus, travaillant au Ministère de la magie, avait mis la barre, très haut niveau « cadeau ». J'étais soi-disant « la plus belle chose qu'elle pouvait lui offrir» , si vous voulez mon avis, j'ai trouvé mon père très niais sur le coup. Mais, le petit bambin que j'étais ne se soucier que d'une chose à l'époque, la chaleur et la peau de ma mère contre moi, c'était doux, calme, agréable, j'avais l'impression d'être protégée de tout. Elle connaissait parfaitement bien son rôle de mère, puisque j'avais déjà un frère aîné : Pheonix, deux ans et demi, enfant hyperactif qui pouvait, à lui seul vous retourner sa chambre en moins de cinq minutes ! RESPECT ! Je n'ai jamais compris comment il faisait pour être aussi bordélique, apparemment ce soucis d'entretien avait commencé dès la naissance, c'est pour ainsi dire quelque chose d'inné chez lui, il me dit lui-même « Del', ça tu vois c'est un don ! Tout le monde n'est pas capable de faire ce que je fais et rien que pour ça tu devrais te prosterner devant moi.» . Eh bien, le jour où je me prosternerais devant ce bouffon à mèche les Hippogriffes deviendront rose fluo !
Je ne pourrais vous dire si j'aime ou pas mon frère, je pense que oui, un peu parfois, mais souvent j'aimerais ne pas le connaître, être fille unique, pour avoir la paix. Par contre, je sais que lui m'adore. Je comprend pas, je peux lui faire les pires vacheries ou l'éviter le plus possible il me les pardonnera. Il arriva toujours vers moi avec son sourire charmeur et ses faux-airs de Don Juan, alors qu'il sait que je l'enverrais paître dans la minute qui suit. Il est gentil, Phé, pour moi il l'est même trop, à mon avis. Je pense même qu'il me surveille et qu'il me protège en douce...Nous ne nous disputons jamais, mais quand je suis seule avec lui, je me sens mal à l'aise, c'est pour ça que je le fuis... Certainement à cause de cette vieille blessure en nous, que nous essayons d'oublier... Mais devons l'oublier ?

Mais, je m'égare, où en étais-je ? Ha oui, ma mère. Ma mère est certainement MA référence en matière de douceur et d'humanité. Elle ne haussait pas le ton de sa voix quand je faisais des bêtises et pourtant je l'ai toujours respecté. Dans des situations stressantes, elle restait toujours calme et réussissait à m'apaiser... Mais tout cela n'est plus. Il a des histoires bien plus tristes que la mienne, sauf que la mienne n'est pas un cas isolé.

J'ai vécu naïvement et joyeusement jusqu'à mes huit ans, déjà j'avais ce caractère indépendant, préférant rester seule ou bien faire la folle avec pleins de jeunes sorciers de mon âge. J'ai toujours eu ce caractère à double tranchant : un côté distant et l'autre particulièrement délirant. Mon humeur du jour et mon attitude dépend de facteurs qui me sont encore inconnus. Phé, dit que je lui fais peur parfois, qu'il a l'impression qu'il y a deux Delilah en moi : une folle aux idées bizarres, pleine de vie, croquant la vie à pleine dent et s'émerveillant des petites choses de la vie et une autre : froide, fuyante et cassante. Il a même trouver un moyen pour me décrire auprès de ses amis, je suis à la fois l'eau et le feu, mais mon feu ne s'allume pas souvent, non, l'eau me submerge trop.

Je me souviens parfaitement de cette journée, nous étions au mois de mai, c'était le week-end et j'allais dans ma chambre. Pheonix, lui préparait je ne sais quelle bêtise dans sa chambre, quand la porte d'entrée claqua violemment. Nos parents rentraient de leur « dîné », voilà plusieurs semaines qui ne cessaient de se disputer pour une raison qui nous était inconnue. Je tendis l'oreille : des voix en colère, des cris, leur tête-à-tête ne semblait pas avoir arrangé les choses. Pheonix entra dans ma chambre, c'est peut-être l'une des rares fois où nous sommes devenues si proches, si fraternels. Il s'installa à côté de moi sur mon lit et posa sa tête sur mon épaule, comme pour se rassurer. Il n'avait jamais fait ça, mais cette chaleur près de moi, me fît énormément de bien. Nous nous rassurions mutuellement. Puis, je vis mon père passait en coup de vent devant ma porte, quand il repassa il s'arrêta, nous fixa et avec un triste sourire nous expliqua qu'il quittait la maison. Ma mère le mettait à la porte, mais avant de nous embrasser, il nous jura qu'il ne nous laissera pas à cette « folle ». Folle ? C'est vrai que depuis quelques mois ma mère avait des réactions bizarres, mais pour moi c'était normal, ils se disputaient tellement souvent, qu'il y avait de quoi péter un câble.
C'est ainsi que débuta une longue procédure de divorce, où nos parents se jetaient mutuellement la balle, aucun ne voulant céder la garde de leur enfant. Phé et moi étions trop jeunes pour choisir et de toute façon nous en aurions été incapables.

Cette histoire brisa complément notre famille, ma mère surtout. Je n’appris que bien plus tard, qu'elle avait été bafouée, trahie et humiliée, par mon père. Avoir une maîtresse ,n'est jamais bon pour l'équilibre d'un couple. A force de s'attaquer constamment, ma mère tomba dans une lourde dépression. Phé et moi, sommes donc allés chez notre père.
Mon père, cet acharné de travail, bien fait, qui ne rêve que d'être reconnu comme quelqu'un d'important ... Quelle bêtise ! Une monotonie certaine s'installa entre nous, j'étais particulièrement proche de ma mère et elle me manquait énormément, mais mon père refusait scrupuleusement qu'on la voit. Trouvant toujours des excuses bidons, même Pheonix ne comprenait pas pourquoi. Et puis un jour, on eut enfin la réponse tant attendu, je devais avoir autour de dix ans. Ma mère s'était finalement fait internée, son mal être s'était aggravé avec le temps.
Désormais, quand nous allons la voir, bourrée aux médicaments et aux potions en tout genre, j'ai l'impression d'avoir face à moi une coquille vide, elle qui était si belle et resplendissante avait perdu tout son éclat. Elle est presque méconnaissable. J'ai même de la pitié pour celle qui m'a élevé et tant aimé. Son corps est bien là, mais son esprit est parti, ça m'effraie même parfois. Et la culpabilité m'envahis. Je m'en veux tellement d'être partie, de ne pas l'avoir consoler assez quand ça n'allait pas, de ne pas être rester pour lui changer les idées... En faite, de ne pas avoir était là pour elle quand elle en avait le plus besoin. J'ignore ce que pense mon frère, je sens juste qu'il est mal à l'aise quand on va voir ma mère. Regrettes-t-il lui aussi ?
Qu'importe, le pire dans l'histoire, c'est qu'il y avait une personne qui sembler bien le vivre : mon père. Il sortait depuis quelques temps avec une nouvelle femme, tout ce passait bien dans son travail. Il s'est même remarier quand j'avais neuf ans. Certes ma belle-mère est une femme charmante et aimante, mais ce n'ai pas ma mère !... C'était hallucinant de voir à quel point il oubliait cette partie de sa vie... Sauf que moi, je ne suis pas du genre à oublier, je suis même rancunière pour le coup. Je sais qu'il a gâché son mariage et pourri la vie de sa femme. Ma mère est devenue ce qu'elle est à cause de lui, ça je n'oublie pas et je ne lui pardonnerais jamais. Qu'importe ses soi-disant pardons, il a brisé une vie si belle, si magique, si exceptionnelle, comment peut-il vivre dans le bonheur avec sa "nouvelle famille" ? Comment peut-il cacher cette vérité à tout notre entourage, en prétendant que ma mère est partie vivre à l’étranger sans donner de nouvelle, alors que Sainte-Mangouste est à quelques heures de chez nous ? Ça vous en donne le tournis, ...j'ai l'impression d'étouffer.

Heureusement, j'ai pu enfin quitter cette maison en entrant à Poudlard, une véritable bouffée d'air pur. Rafraîchissante, guérissante et stable. La stabilité c'est peut-être ce qui me manquait et je l'ai trouvé à Poudlard. Ceci dit, la peur de finir un jour comme ma mère ne me quitte pas...


CONTRÔLE PARENTAL ▲ crédit icon ©
Bonjour bonjour :D
Je m’appelle Adeline ou Ewilou/Ewi, je m'étais dis que je ne restais que sur un fofo rpg, mais sur PRD j'ai flashé sur le design et le contexte du coup MEEEEE VOILAAAAA.... je suis une vieille fille, j'ai 20 ans ( c'est que ya des petits jeunots par ici :p ) et je suis étudiante en graphisme dans la région parisienne. Sinon j'adore le chocolat (on peut clairement m'acheter avec des profiteroles ^^' ). Je rpotte depuis pas mal d'année déjà si bien que j'ai arrêté de compter xD J'ai eu un petit trou d'un an, mais il ya quelques mois le rpg est revenu dans ma vie (ca me manquer de rpotter avec des tarés :3 )

tous droits réservés - fear control 2012


« ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ »


« Ses idées ressemblent à des carreaux de vitres, entassées
dans un panier de vitrier, claires une à une, et obscures toutes
ensemble.» - Jules Renard




Dernière édition par Delilah J. Bennett le Dim 20 Jan - 21:38, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheen J. Rapace
Serpentard,
Admin-geek à l'état pur.

avatar


Monsters are real, ghosts are real too
They live inside us, and sometimes, they win.

MESSAGES : 118
INSCRIPTION : 17/01/2013

ÂGE RPG : Dix-sept ans.
ANNÉE : Septième année.

STAR : Logan Lerman.
PUF : Greenleek.
COPYRIGHT : Ivy // Tumblr.


MessageSujet: Re: « Come on baby » ♦ DELILAH (100%)   Dim 20 Jan - 2:17

Hey you ! Bienvenue ici !
Bon courage pour ta fiche & si tu as des questions n'hésite pas ! :heart:

Et puis Nina Dobrev quoi *____* ... /sors/

« ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ »